jeudi 30 avril 2009

Réincarnation vs renaissance

Je me suis fait rabrouer sur un forum italien parce que j'ai dit que le Bouddha avait nié la réincarnation. Evidemment, si l'administrateur du forum est un dévot "tibétain", il ne faut pas s'en étonner. Néanmoins, je trouve que cela appelle quelques remarques.

Dans le Brahmajala Sutta (Majjhima Nikaya 38), le Bouddha expose comment des ascètes qui ont pourtant de l'expérience et de la bouteille peuvent se tromper lourdement sur la signification de leurs "visions". Du genre de celle que Brad Warner expose dans son premier livre, où il voit se dérouler sous ses yeux tout le processus de contraction et d'expansion de l'Univers.

C'est là que le Bouddha expose comment un dieu, étant le premier à apparaître dans son "palais" peut en arriver à croire être le tout premier d'entre les dieux (voire le seul!). Il y expose aussi les doctrines éternalistes et annihilationnistes. Ces doctrines sont, respectivement, celle qui prétend qu'il existe à chaque être une "essence" permanente et inaltérable (ce que les Chrétiens et autres appellent "l'âme"), et qui, dans l'hindouïsme voyage de corps en corps, ce qu'on appelle la "transmigration des âmes" ou "réincarnation". L'autre étant qu'à l'opposé, à la mort, à la dissolution du corps, l'esprit disparaît lui aussi.

Ce qui est exposé dans les suttas, c'est que le "karma" de chaque être, à cause de sa peur panique de disparaître à tout jamais, est projeté sur un nouveau-né, nouveau-né qui aura le souvenir de la vie de quelqu'un d'autre, pourra éventuellement croire avoir été ce quelqu'un d'autre, et verra sa vie influencée par ce souvenir.

Ce que je puis en dire, à part ce qu'on peut lire dans les sutras, c'est que rien ne permet d'affirmer ou d'infirmer ces choses. On n'a jamais vu personne revenir pour nous dire ce qui en est, et il me paraît que si c'était possible, qui empêcherait quelqu'un d'apparaître à la télé quelque temps après sa mort (qu'est-ce qui empêcherait une telle personne de pirater les ondes???) pour annoncer à l'humanité ce qui en est de son futur après la mort...

Autrement dit, dans tous les cas de figure, on en est au strict niveau des spéculations, et qui plus est, des spéculations oiseuses. C'est bien pour cette raison que tous les maîtres zen ont toujours eu tendance à s'agacer des questions sur la réincarnation ou renaissance, comme on voudra. On a déjà tant à faire ici et maintenant, et il faudrait se prendre la tête sur des histoires de transmigration? Alors, le truc de la renaissance, comme je l'ai exposé ci-dessus, passe encore, mais franchement, la transmigration d'une âme inaltérable, cela me paraît illogique à partir du moment où on postule l'unité du corps et de l'esprit.

Quand en plus on sait l'usage particulièrement politique (et pas toujours de façon "noble") qui a été fait (et se fait toujours) au Tibet et dans les milieux tibétains de ces histoires, il me semble qu'on pourrait en revenir un peu. D'ailleurs, il me semble que le Dalaï-Lama commence à en voir les possibilités perverses sur lesquelles lorgnent les Chinois.

Alors, pourquoi ne pas cesser de délirer?

6 commentaires:

Blutack a dit…

Une fois de plus la réincarnation et le non-soi ne font pas bon ménage dans le bouddhisme.
Vous dites que le Bouddha a nié la réincarnation pourtant ce principe existe dans les différents courants, seul le zen semble occulter la chose. Déjà dans le théravada il est dit que Bouddha a enseigné l'abhidamma à sa mère qui avait pris renaissance chez les dévas.
Ce qui est nié, ce n'est pas la réincarnation, c'est le soi, celui du corps et de l'esprit qui ne sont que de simples agrégats.

proulx michel a dit…

"Réincarnation" veut dire "revenir dans un corps de chair". Ce qui postule une séparation du corps et de l'esprit.

Vous le dites vous-même: les textes parlent de "renaissance", pas de "réincarnation"...

nordevan a dit…

Bonjour
Qu'importe qu'il y ait réincarnation ou pas. Ce qui compte, c'est de prendre conscience de la "charge" que l'on hérite à la naissance, charge qui va diriger, parfois contre nous-même, nos actions et notre comportement. Je me garderais bien, personnellemnet, de donner l'origine et la provenance de ces charges perturbatrices!
Michel
numerologue.net

nordevan a dit…

Bonjour
Qu'importe qu'il y ait réincarnation ou pas. Ce qui compte, c'est de prendre conscience de la "charge" que l'on hérite à la naissance, charge qui va diriger, parfois contre nous-même, nos actions et notre comportement. Je me garderais bien, personnellemnet, de donner l'origine et la provenance de ces charges perturbatrices!
Michel
numerologue.net

nordevan a dit…

Bonjour
Qu'importe qu'il y ait réincarnation ou pas. Ce qui compte, c'est de prendre conscience de la "charge" que l'on hérite à la naissance, charge qui va diriger, parfois contre nous-même, nos actions et notre comportement. Je me garderais bien, personnellemnet, de donner l'origine et la provenance de ces charges perturbatrices!
Michel
numerologue.net

Jinpa a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.